Covid19 : Les informations essentielles

.

La situation générale

POINT DE SITUATION

Éducation

Les protocoles dans les établissements scolaires ont été simplifiés. L’objectif est de laisser au maximum les écoles ouvertes. Ainsi :

  • Lorsqu’un cas positif sera détecté dans une classe, il ne sera plus demander aux parents de venir chercher leur enfant immédiatement, ils pourront attendre la sortie scolaire.
  • Lorsqu’un cas positif sera détecté dans une classe, les enfants pourront recourir à 3 autotests (au lieu d’un test PCR suivi de deux autotests) gratuits.
  • Enfin, il ne sera plus demandé aux parents de produire une attestation après chaque autotest : une unique attestation sera demandée.

« Pass sanitaire »

  • Depuis le 15 janvier 2022, toutes les personnes de plus de 18 ans et un mois doivent avoir fait leur injection de rappel dans les temps pour conserver leur certificat de vaccination actif dans le « pass sanitaire ». Au-delà de ces délais, leur ancien certificat de vaccination est considéré comme expiré et n’est plus valide.
  • Le « pass vaccinal » entrera en vigueur le 24 janvier 2022, sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel. Il concernera toutes les personnes de 16 ans et plus.

Vaccination

  • Le délai de la dose de rappel est ramené à trois mois après la dernière injection ou la dernière infection au Covid-19.
  • Le rappel vaccinal est ouvert à toutes les personnes de 18 ans et plus.
  • À partir du 24 janvier, le rappel vaccinal est ouvert à tous les adolescents de 12 à 17 ans.
  • La vaccination est ouverte à tous les enfants de 5-11 ans et requiert l'accord des deux parents.

Isolement

Les règles d'isolement et de quarantaine ont évolué en cas d'infection au Covid-19 ou de cas contact. L'objectif est de faire face à la diffusion extrêmement rapide du variant Omicron et de maintenir, dans le même temps, la vie socio-économique en France.

  • Il n’est désormais plus obligatoire de réaliser un test PCR pour confirmer un test antigénique positif.
  • En revanche, un test PCR reste nécessaire après un autotest positif.

Travail

  • À partir du 2 février, le recours au télétravail ne sera plus obligatoire mais restera recommandé.
  • Report de toutes les cérémonies de vœux en janvier.
  • Un nouveau protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise a été dévoilé. 

Rassemblements & loisirs (jusqu'au 24 janvier 2022)

  • Les jauges sont rétablies pour les grands événements : 2000 personnes en intérieur, 5000 personnes en extérieur.
  • Les concerts debout sont interdits.
  • Dans les cafés et les bars, la consommation debout est interdite.
  • Les discothèques ont interdiction d’accueillir du public. Cette interdiction s'applique jusqu'à la même date aux activités de danse dans les établissements recevant du public, tels les restaurants ou les bars.

À noter qu'à partir du 2 février :

  • Les  jauges seront levées dans les établissements accueillant du public assis (stades, salles de concerts, théâtres…). Pour accéder à ces lieux, le port du masque reste obligatoire.

À noter qu'à partir du 16 février :

  • Les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, pourront rouvrir dans le respect du protocole sanitaire.
  • Les concerts debout pourront reprendre dans le respect du protocole sanitaire.
  • La consommation sera à nouveau possible dans les stades, cinémas et transports, de même que la consommation debout dans les bars.

Gestes barrières

  • Le port du masque, déjà obligatoire en intérieur dans tous les établissements recevant du public, est étendu à certains centres-villes.
  • Le port du masque est obligatoire dès l’âge de 6 ans dans les transports collectifs intérieurs et dans les lieux recevant du public.
  • L’aération fréquente des lieux clos est plus que jamais nécessaire. Il est recommandé d’aérer chaque pièce 10 minutes toutes les heures.

 

À noter qu'à partir du 2 février, le port du masque ne sera plus obligatoire à l'extérieur.

Déplacements

  • Toute personne de 12 ans et plus entrant sur le territoire français doit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24h ou 48h en fonction du pays de provenance. Seule exception, les personnes présentant un schéma vaccinal complet n’ont pas à présenter de test, lorsqu'elles arrivent d'un État membre de l'Union européenne, d'Andorre, d'Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de la Norvège, de Saint-Marin, du Saint-Siège ou de la Suisse.
  • Le Gouvernement assouplit les mesures sanitaires aux 
DÉPISTAGE à BEYNAT

Après seize mois d’activité, le centre de dépistage de Beynat mis en place en juin 2020 pour faire face au nombre important de demandes de test Covid, a arrêté définitivement de fonctionner le vendredi 24 septembre 2021 

Plusieurs milliers de tests ont été effectués pendant cette période, sous le chapiteau installé sur le parking du rez-de-chaussée de la Maison de santé.

Le docteur Michel Marcus, ancien conseiller municipal, le biologiste Jacques Pagès, ainsi que de nombreux bénévoles n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire de centre de dépistage un des premiers centres implantés en milieu rural dans notre département.

OÙ PEUT-ON SE FAIRE DÉPISTER ?

Le patient peut se rendre dans le laboratoire de son choix, il doit cependant vérifier avant si ce laboratoire est équipé pour réaliser des tests de dépistage du Covid-19.

La liste des laboratoires qui pratiquent ces tests est disponible sur le site santé.fr u à partir de la recherche « Lieux de dépistage Covid-19 » ci-après.

Le médecin qui a prescrit le test de dépistage ou les équipes de l’Assurance Maladie peuvent également orienter le patient vers le laboratoire le plus proche de son domicile. Des équipes mobiles de prélèvement se déplaçant au domicile des patients pourront également être mobilisées quand cela s'avère nécessaire.

Les laboratoires qui réalisent les tests de dépistage du Covid-19 ont mis en place une organisation spécifique pour prendre en charge les patients dans le respect des gestes barrières (ouverture de plages horaires dédiées pour les tests Covid-19, prise de rendez-vous en ligne…). Il convient de se renseigner directement auprès du laboratoire, en ligne ou par téléphone.

 

La stratégie du triptyque Tester-AlerterProtéger (T.A.P) doit continuer de s’appliquer :

  • Je me fais tester en priorité en cas de signes de la maladie ou si je suis identifié comme personne contact. Ainsi, je permets aux laboratoires de se concentrer sur les personnes prioritaires.
  • Je communique la liste de tous mes contacts récents à mon médecin traitant et à l’Assurance maladie si j’ai un test positif, pour qu’ils soient alertés rapidement. Ainsi, je participe à freiner la propagation du virus.
  • Je protège les autres en respectant les règles d'isolement et de quarantaine, selon ma situation.

 

TESTER

 

Depuis le 15 octobre, seuls les tests réalisés dans un but de dépistage sont désormais pris en charge par l’Assurance maladie afin de préserver un dispositif fiable de surveillance de l’épidémie, d’assurer une détection et une prise en charge rapide des cas et de détecter les nouveaux variants d’intérêt.

Les tests réalisés en vue d’obtenir un pass sanitaire, deviennent payants.

Afin de maintenir un accès facilité au dépistage pour les personnes symptomatiques ou contact à risque, continuent à bénéficier d’une prise en charge les personnes :

  • ayant un schéma vaccinal complet ou une contre-indication à la vaccination ;
  • mineures ;
  • identifiées dans le cadre du contact-tracing fait par l’Assurance maladie ;
  • concernées par des campagnes de dépistage collectif, organisées par les Agences régionales de santé ou au sein des établissements de l’éducation nationale par exemple
  • présentant une prescription médicale ;
  • ayant un certificat de rétablissement de moins de six mois.

Afin de tenir compte des spécificités des territoires d’outre-mer, notamment en matière de situation sanitaire et d’offre de soin, l’application de la fin de la gratuité des tests y est adaptée.

Les différents tests

Actuellement, il existe deux catégories de tests :

  • les tests de dépistage, pour rechercher la présence du virus (RT-PCR, test antigénique, autotest) ;
  • les tests sérologiques, pour rechercher la présence d’anticorps.

Il existe deux types de tests sérologiques :

  • les tests sérologiques quantitatifs réalisés dans un laboratoire de biologie médicale, sur prélèvement sanguin (prise de sang) ;
  • les tests rapides d’orientation diagnostique sérologique qualitatifs, réalisés par un professionnel de santé, sur prélèvement d’une goutte de sang au bout du doigt.

Il existe deux types de test virologiques :

  • le test RT-PCR recherche la présence de l’ARN du virus, l’analyse est réalisée par un biologiste dans un laboratoire de biologie médical. Le résultat est obtenu en quelques heures ;
  • le test antigénique recherche les antigènes présents à la surface du virus, il s’agit d’un test rapide réalisé par un professionnel de santé (pharmacien, médecin, infirmier, sage-femme, masseur-kinésithérapeute, chirurgien-dentiste). Le résultat est obtenu en quelques minutes.

À noter que le test de référence pour détecter le virus du Covid-19 est le test PCR sur prélèvement nasopharyngé.


Il existe deux types de test antigéniques :

  • les tests antigéniques sur prélèvement nasopharyngé, réalisé par un professionnel de santé ;
  • les autotests, réalisés sur auto-prélèvement nasal.

Le test antigénique recherche les antigènes présents à la surface du virus.

Les tests antigéniques rendent un résultat en quelques minutes et permettent le diagnostic précoce des malades dès la phase aiguë. Ils répondent à la question « le patient est-il oui ou non porteur de la Covid-19 ? ». Les tests antigéniques sont à ce jour réalisés uniquement à partir de prélèvements dans le nasopharynx (nez), par écouvillon.


L’utilisation de tests rapides antigéniques présente un triple intérêt :

  • Il permet d’ajouter une capacité supplémentaire de dépistage en complément des capacités déployées dans les laboratoires de biologie médicale, hospitaliers ou de ville ;
  • Son analyse peut être réalisé en dehors des laboratoires de biologie médicale (barnums, services hospitaliers, aéroports par exemple) ;
  • Il permet de prendre dans un laps de temps très court les mesures nécessaires (isolement, engagement du contact-tracing, etc.).

Les résultats

Il n’est désormais plus obligatoire de réaliser un test PCR pour confirmer un test antigénique positif. En revanche, un test PCR reste nécessaire après un autotest positif.

En cas de résultat négatif à un test antigénique pour les personnes de plus de 65 ans qui ont des symptômes, ou pour les personnes présentant des facteurs de risque de développer une forme grave, une confirmation du test antigénique par RT-PCR est nécessaire.

Le résultat d’un test antigénique positif réalisé par un professionnel de santé est un justificatif de prise en charge pour les tests RT-PCR de confirmation. Ceci est également valable pour les autotests positifs réalisés sous la supervision d’un professionnel de santé.

Les tests RT-PCR et les tests antigéniques (dont les autotests sous la supervision de professionnels) continuent à être reconnus comme preuve pour l’obtention d’un pass sanitaire dans la limite de leur durée de validité, soit 24h. Il est à noter que les autotests réalisés sous la supervision d’un professionnel de santé ne sont pas reconnus dans le cadre des passages de frontières entre pays, au sein de l’UE notamment.

 

ALERTER

Face à l’accélération de l’épidémie, nous devons mobiliser tous les outils à notre disposition. Casser les chaînes de transmission du Covid-19 est plus que jamais indispensable.

Dans ce contexte, l’application TousAntiCovid, lancée par le Gouvernement le 22 octobre 2020, vise à faciliter l’information des personnes qui ont été en contact avec une personne testée positive à la Covid-19 et à accélérer leur prise en charge, en addition de l’action des médecins et de l’Assurance maladie.

En cela, TousAntiCovid complète l’arsenal des mesures barrières déjà existantes face au Covid-19. Son usage s’avère particulièrement utile dans des lieux ou la concentration de personnes rend le respect de la distanciation sociale difficile à mettre en œuvre.

 

 

.

LA VACCINATION à BEYNAT

Le centre de vaccination, désormais au gymnase.

 

Le centre de vaccination a déménagé. En effet, depuis ce matin, lundi 17 janvier, le centre de vaccination ne se trouve plus à la maison de Santé mais au gymnase communautaire sur sa partie haute au niveau de la mezzanine.

L’accès se fait par le haut (plateau sportif) avec possibilité de stationnement. Un sens a été établi avec une entrée différente de la sortie.

Les jours de fonctionnement sont les suivants :  Les lundis, mercredis et samedis (matin et après-midi) ainsi que les dimanches matin.

A Beynat peuvent être vaccinés, les adultes de plus de 18 ans, les jeunes de 12 à 18ans et les enfants de 5 à 11ans.

Les modalités d’inscription à la vaccination restent inchangées. Actuellement, les personnes vaccinées le sont sur rendez-vous pris soit sur Doctolib soit auprès de la mairie de Beynat au 05 55 85 50 25 qui transmettra ensuite les demandes afin que les personnes puissent être rappelées.

À noter par ailleurs, que les médecins,les sages-femmes, les infirmiers ou infirmières, les pharmaciens et certains centres médicaux peuvent effectuer
des vaccinations dans le respect du calendrier vaccinal et dans le cadre de l'exercice de leurs compétences.

 

Rappel

Le jour de l’injection, après un accueil administratif et un passage devant le médecin pour un interrogatoire sur l’état de santé général  et sur l’absence de contre-indications, la vaccination peut alors se dérouler . Après une période de surveillance de 20 minutes, les personnes peuvent ensuite rentrer chez elles.