Journée hommage à Claude Duneton - Baptême de la halle

Le samedi 11 novembre, la municipalité et l'association des Amis de Beynat ont organisé une journée hommage à  l'écrivain Claude Duneton, avec de nombreux temps forts.

 

Une conférence de haute volée sur le Monument de Claude Duneton

Il y’a des moments dans la vie culturelle d’une commune qui marque les esprits. La conférence qui s’est déroulée le samedi 11 novembre à Beynat en fait assurément partie, de part sa qualité bien sur mais aussi  par l’affluence record qu’elle a généré puisque pour l’occasion, ce ne sont pas moins de 200 personnes qui étaient rassemblées au foyer rural Pierre Demarty à l’invitation de l’association des Amis de Beynat. Premier temps fort de la journée hommage à Claude Duneton qui se poursuivra ensuite jusqu’à tard dans l’après-midi, cette conférence avait comme thème   le livre « Le Monument », véritable chef-d’œuvre du natif de Lagleygolle. C’est d’ailleurs de l’histoire de cette petite commune corrézienne dont est inspiré ce roman, qualifié de « roman-vrai », puisque Claude Duneton avait alors choisi de faire revivre un par un les vingt-sept soldats dont les noms sont inscrit sur le monument aux morts de son village. En introduction c’est la célèbre généalogiste Chantal Sobieniak qui est intervenue pour expliquer sa collaboration avec Claude Duneton pour la partie recherche. Son travail fut colossal et permis à l’écrivain de poser les bases de son ouvrage en levant le voile sur de nombreuses zones d’ombre. Si ce « livre impossible » selon les propres termes de l’auteur a pu le devenir, c’est en partie grâce aux recherches essentielles de Chantal Sobieniak qui mirent un terme au découragement qui gagnait alors l’esprit de Duneton. Après ce nécessaire préambule, la conférence fut ensuite animée par l’historien Jean-Michel Valade et Anne-Marie Prévot, respectivement spécialiste de la Grande guerre et agrégée de lettres modernes. Leurs disciplines plus que complémentaires dans le cas présent a permis d’aborder les dimensions historique et littéraire du Monument, et ce de manière formidablement bien menée tant les propos des deux conférenciers s’enchainaient admirablement. Une conférence qui fera date au pays du cabas et de la châtaigne où l’âme de Claude Duneton s’est invitée le temps de quelques heures.

La nouvelle halle baptisée «  Claude Duneton »

Inaugurée en juillet 2017, la nouvelle halle marchande a depuis montré toute son importance et son utilité, notamment à l’occasion des marchés de producteurs de pays, des foires bovines, de la fête de la châtaigne ou encore du marché hebdomadaire du dimanche matin. Ses volumes importants permettent aussi de stocker un grand nombre de choses (divers matériels, véhicules). Si on y ajoute son coté fonctionnel et sa localisation idéale et centrale au cœur du bourg, ce nouveau bâtiment a tout pour devenir un lieu incontournable de la vie beynatoise. Le samedi 11 novembre, la municipalité qui organisait (avec l’association des amis de Beynat) un hommage au regretté Claude Duneton, a procédé ce jour là au baptême de la halle. Celle-ci porte depuis ce jour, le nom de l’écrivain originaire de Lagleygeolle. C’est devant une foule nombreuse et en présence de la famille et des proches de Claude Duneton que se sont succédés discours et hommages appuyés. Michel Marcus, conseiller municipal aux affaires culturelles n’a d’ailleurs pas manqué de faire l’éloge de cet homme de culture et de son parcours impressionnant. Baptiser la halle du nom de Claude Duneton c’est avant tout rendre hommage à un corrézien qui à travers son œuvre et son action n’a cessé de mettre en avant et de défendre les particularismes locaux et autres aspects qui font la singularité d’un territoire. Ambassadeur de la langue française, des dialectes et des langages régionaux, Claude Duneton était un véritable ambassadeur. Son attachement à la notion de « pays » que ce soit celui de Beynat et de Lagleygeolles était très ancré. Son ouvrage «  le monument » en est un parfait exemple. Aux discours se sont succédées quelques animations Miko Berger et son orgue de barbarie et le chanteur Michel Desproges. Le photographe Jean Tige avait quant à lui exposer des portraits de l’écrivain.

Lieu: Beynat

Revenir